Essayé pas pu, pour la 3ème fois 4ème du Grand Raid

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Grand Raid, Verbier - Grimentz (VS), samedi 22 août 2015

Le Grand Raid... La course qui constitue comme ces dernières années mon plus gros objectif de la saison! 
Mais même si j'attache beaucoup d'importance à cet événement, je ne ressentais pas de pression particulière et après les bonnes performances des dernières courses j'étais confiant et très motivé à essayer de créer l'exploit de monter sur le podium.
C'est aux aurores à 6h30 qu'a été donné le départ de la plus longue course de l'année et dès les premiers mètres de course c'est le quadruple vainqueur de l'épreuve Urs Huber qui a dicté le rythme. Au sommet de la première ascension aux Ruinettes nous étions un groupe d'une vingtaine de coureurs à l'avant de la course et une certaine tension régnait sur la traverse menant à la Croix-de-Coeur puisque chacun voulait être bien placé pour aborder la descente sur la Tsoumaz. Le Team Bulls (équipe d'Urs Huber) étant composé de quatre coureurs, je savais que l'idéal était de s'intercaler au milieu d'eux et c'est ce que j'ai réussi à faire. Je suis ainsi descendu en troisième position derrière Huber et Platt et devant Böhme et Sahm, soit les quatre coureurs Bulls! Bien m'en a pris puisqu'en bas nous comptions une petite vingtaine de secondes d'avances sur nos poursuivants et notamment les autre favoris Lukas Buchli et le routier Sébastien Reichenbach. Comme chaque année le rythme n'était ensuite pas très soutenu jusqu'à Veysonnaz et cela a permis à plusieurs coureurs de rejoindre la tête de la course avant que Urs Huber hausse à nouveau l'intensité dans la montée sur les Collons. Seuls les cinq autres favoris au podium ont pu le suivre. Dans l'ascension de Mandelon, c'est Lukas Buchli qui a pris les devants et cette fois plus personne ne rigolait, la course était réellement lancée! Au bord de la rupture après sa première accélération, j'ai été contraint de laisser partir le groupe lors de la deuxième. Tim Böhme n'ayant déjà avant moi plus pu suivre le rythme, je figurais en cinquième position derrière le quatuor formé de Lukas Buchli, Urs Huber, Karl Platt et Sébastien Reichenbach. Ce dernier, grimpeur de l'équipe IAM et notamment 3ème d'une étape du Giro ce printemps a assez logiquement connu des difficultés dans la partie technique qui suivait et j'ai ainsi pu le rejoindre avant de le distancer dans la descente sur Evolène. Avec une minute de retard sur Platt et 2'30'' sur Buchli et Huber, je pouvais toujours espérer décrocher une place sur le podium mais je devais aussi compter sur le retour du grimpeur Reichenbach qui comptait 1'10'' de retard. Trente minutes plus tard à Eison les écarts étaient restés stables et alors que j'espérais un coup de mou de l'un des trois premiers, c'est l'inverse qui s'est produit puisque les trois ont encore réussi à accélérer. De mon côté, j'étais clairement entré dans le dur, je sentais que je devenais de plus en plus faible mais je suis néanmoins parvenu à garder ma minute d'avance sur Reichenbach au moment d'aborder le portage du Pas de Lona et même si ce dernier est revenu à cinquante mètres de moi, j'ai pu accélérer dans les derniers mètres pour garder ma minute de marge au sommet. Les trois premiers étant très loin devant et sachant Reichenbach plus faible techniquement, j'ai pu pour la première fois en quatre ans assurer et ne pas prendre de risque dans l'ultime descente sur Grimentz.

Au final, je termine pour la troisième fois en quatre participations depuis Verbier quatrième de cette mythique course. Je sais que je dois être content et fier de ma performance, mais malheureusement pour l'instant je n'arrive pas encore à me réjouir à sa juste valeur de ce résultat. Je rêvais de monter sur le podium, ma motivation était le podium et au final j'y suis proche (4ème) et aussi très loin (à 15'). Avec mon temps de 6h18 (trois minutes de mieux qu'en 2014), je ne peux que me dire que mon état de forme était excellent et que j'ai parfaitement géré ma course, mais le problème est que cette année il fallait battre le record du parcours établi l'an passé par Urs Huber pour espérer terminer sur le podium!!! Le futur retraité Buchli s'impose devant Huber et Platt, les trois en 6h03.

Avec la météo de rêve de cette journée de samedi, l'ambiance le long du parcours et encore plus au Pas de Lona était absolument magnifique et je remercie beaucoup toutes les personnes qui m'ont encouragé, rien que pour ça je me réjouis déjà de reprendre le départ dans une année. Un grand merci à Philippe Clerc des cycles Cyclerc pour l'hébergement et l’organisation du weekend ainsi qu'aux nombreuses personnes qui m'ont ravitaillé tout au long de la course.

Mercredi soir je participerai à la course de côte entre Valangin et La Vue-des-Alpes organisée par mon club le VC Vignoble et samedi je serai au départ du marathon du parc national à Scuol aux Grisons (137km, 4000m d+), avec comme principaux adversaires Buchli, Huber, Platt, Reichenbach et les allemands Kaufmann et Käss. Un plateau qui n’offrira encore une fois aucun répit ;-)

Galerie photos
20150822_2

20150822_000000

 

Articles de presse

Avant course                              Après course
150822_grandraid_lexpress           150824_grandraid_lexpress

 

Radio

150821_grandraid_rtn          150822_grandraid_rts1ere 

Copyright © 2010 Jérémy Huguenin. Powered by Joomla
Template designed by Towfiq I.